Madame MCG était directrice de cabinet de PD. Comme elle a perdu sa place depuis la chute du tsaron, elle s'est dit qu'il était temps d'écrire un livre sur ce quinquennat lamentable.

Pour ce faire, MCG utilise des initiales ou alors des surnoms plus clairs que l'eau de roche. Comme ça, elle ne cite vraiment personne. Elle utilise aussi le conditionnel, ce qui lui permet de se balancer entre réalité et fiction.

On pouvait s'attendre à ce que MCG nous dévoile l'une ou l'autre casserole de NS. C'est pas ce qui manquait. Non, elle préfère s'attarder sur le croustillant. C'est ainsi qu'on apprend que NS, quelque peu stressé, aurait un jour demandé à une élue de l'UMP, Madame de P., pour ne pas la nommer, de lui faire "une petite gâterie". Et que Madame de P se serait montrée compréhensive...

Franchement qu'est-ce qu'on s'en fout ?

C'est comme si j'écrivais un livre où je vous apprendrais que FH pisse toujours sur la planche de wc et qu'il ne tire pas la chasse après pour ne pas que sa compagne en profite pour envoyer un twiiiiiiiit.