Liège, hélas

17 avril 2014

Des semaines sans rien

Ça arrive parfois, des semaines comme ça où il ne se passe rien. Où on n'a même pas à se mettre un avion dans l'océan. Vous allez me dire qu'il y a une guerre qui se prépare en Ukraine. Et alors ? C'est même pas l'Europe, l'Ukraine. Et l'Europe, c'est juste rien. L'Europe ? Combien de divisions ? Des centaines. C'est bien pour ça qu'elle n'existe toujours pas.

Il y a bien eu quelques fusillades aux Usa, où même le quatrième âge se met à tirer. Mais, les fusillades là-bas, c'est d'un banal tellement banal que c'est comme s'il ne se passait rien. Il y a bien eu l'ordure de Berlusconi qui est finalement condamné, pour tous ses crimes, à faire des travaux d'intérêt public ! Il va faire quoi le vieux salaud ? Distribuer des capotes aux putes de quinze ans ? En leur montrant comment il faut les dérouler ? Avec la bouche, si possible, c'est meilleur.

Il y a bien eu un ferry qui a sombré. Comme à Zeebruge et comme partout. Quand sur les villes tombent l'ennui et qu'on s'demande si ça vaut le coût d'vivre sa vie.

Il y a bien des élections en Algérie, avec un pantin pantelant qui sait même plus qu'il vit toujours mais qui va quand même obtenir 99,8 % des voix. Plaignons les 0,2 %. Ça fera un peu de boulot pour les matons. 

Bref, encore une semaine sans rien d'autre que du banal...

Posté par josephorban à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 avril 2014

Définitions, etc

Vie : MMST, maladie mortelle sexuellement transmissible.

Mort : le plus beau jour de la vie.

Histoire d'amour : histoire dont on connaît la fin malheureuse mais qui ferait mieux de ne jamais commencer.

Femme : la femme est le futur antérieur de l'homme (Louis Aracon).

Féminisation des noms.

Un croque-mort, une croquette-morte.

---

Tous les chemins mènent au rhume, mais aucun aux Roms.

Comme aurait dit Jacques Brel, Valls a mis l'temps pour y arriver. On ne sait pas si Ségolène aura la bravitude de venir aux réunions en scooter.

---

La future veuve de Michael Schumacher commence à en avoir un peu marre de faire 240 kilomètres tous les jours pour aller prier devant le lit de son mari. Du coup, vu le prix de l'essence, elle a décidé de faire construire une chambre d'hôpital dans leur propriété. Douze millions d'euros que ça va coûter. Ça fait quand même cher le pot de plante.

---

Uli Hoëness fut, dans sa jeunesse, une star du football allemand à une époque, malheureusement pour lui, où les joueurs n'étaient pas payés un million d'euros par jour pour donner des coups de pied dans un ballon. Jeune retraité, il est resté fidèle à son club, le Bayern Munich, a gravi les échelons pour en devenir le Président. Ce qui est loin d'être une sinécure. Le pauvre Uli ne pouvait pas penser à tout. On n'allait quand même pas lui chercher des poux sur la tête sous prétexte qu'il avait oublié de déclarer 38 millions d'euros au fisc allemand. Eh bien si ! Il vient d'être condamné à trois ans de prison ferme, le temps d'aller chercher une brosse à dents chez lui et, hop, le voilà dans une geôle sans doute plus petite que le WC de sa villa. Après huit jours de détention, un rapport favorable de l'administration pénitentiaire est arrivé sur la table du juge. Pendant ces huits jours d'exil, le criminel en col blanc Hoëness a fait preuve d'une attitude digne. Du coup, le voilà libre « sous condition ».

Peut-être une interdiction de quitter le sol allemand pour aller se la couler douce aux Îles Grenadines ? On ne sait pas.

Comme vous voyez, malgré ma longue absence, le monde est toujours aussi drôle...

Posté par josephorban à 21:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 avril 2014

Dans le genre trouduc...

Je fais parfois fort. Ce soir, je décide d'appeler des connaissances qui n'ont pas l'internet pour leur donner mes toutes nouvelles coordonnées téléphoniques. J'appelle un ami. C'est se femme qui me répond. Un peu mal à l'aise. Oui, Joseph, je suis contente de t'entendre, depuis le temps (merci Belgacom), je ne sais pas si tu sais, mais mon mari ne va pas très bien. Ah bon... Non, il a le cancer du poumon. Bon, je donne pas les détails mais je comprends que ce serait déjà miracle s'il passait le prochain Noël...

Joseph demande si ça te ferait plaisir s'il passait te voir une heure. J'entends une voix très faible répondre que oui... Je me sens con. Je ne sais plus quoi dire...

Dans le genre trouduc... J'ai fait fort...

Posté par josephorban à 22:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 avril 2014

La quenelle, la quenelle

Excellent dessin (comme toujours) de Willem sur le sujet :

willem_2014_01_06

 

Pendant ce temps, en Belgique, la ministre Wilquet en remet une couche :

1040112323_B971812532Z

Posté par josephorban à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Miracle sur la Butte

Sept mois sans téléphone ! La semaine dernière, j'ai envoyé paître la mafia Belgacom. J'ai contacté un autre distributeur. Ils n'ont mis que six jours pour venir me raccorder. C'est quand même un peu plus rapide que l'opérateur "historique".

Je vais donc pouvoir poursuivre le blog.

Et que crève Belgacom !

Posté par josephorban à 14:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]



29 mars 2014

Pas d'inquiétude...

Joseph se porte bien. Son abonnement téléphonique et sa connexion à Internet  moins !
Depuis le mois d'octobre, Joseph attend qu'on lui transfère sa ligne. Les rendez-vous se succèdent en vain.
Belgacom n'a pas encore creusé cette tranchée et la solution provisoire ne fonctionne plus.
N'hésitez pas à lui envoyer un courrier postal puisqu'il n'a plus accès à ses mails pour le moment.
Prochain épisode le 16 avril
T

Posté par josephorban à 12:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 mars 2014

Petit traité félin d'éthologie humaine 2

Cela m'amuse beaucoup d'observer ces animaux étranges. Le matin, par exemple, je m'assieds sur l'appui de fenêtre et je les regarde courir comme des fous, comme des folles. Même leurs petits font pareil ! Au début, je pensais qu'ils chassaient des souris, des oiseaux, mais non, le matin, ils semblent toujours pressés. Certains de ces animaux crient même sur leurs petits sous prétexte qu'ils allaient être en retard. En retard de quoi, je me le demande toujours ? Celui qui s'occupe de moi me dit que les uns vont au boulot, les autres à l'école. Pourquoi faire, l'école ? Regardez, moi, par exemple, je n'ai jamais mis un coussinet à l'école et, pourtant, je comprends le langage humain. J'ignore ce qu'est le travail et, pourtant, je ne m'en porte pas plus mal.

Celui qui s'occupe de moi, je ne le vois jamais courir. Parfois, il me fait penser à une statue de pierre. Il passe ses journées à tapoter sur un clavier. Ça a l'air de l'amuser. Alors, parfois, je saute sur ses genoux, je vois des signes apparaître sur l'écran, j'essaye de les attraper... Impossible ! Et pourquoi n'ai-je pas le droit de jouer aussi avec le clavier ? Allez savoir. Ça a l'air de l'énerver. Il est d'ordinaire fort calme, mais, quand je joue avec le clavier, ça le met hors de lui. Notez que, maintenant, j'ai appris à reconnaître le moment où il allait craquer. Plus envie qu'il me prenne par la peau du cou et me rejette au loin dans un bout de la pièce. Ce bipède ne sait pas que je sais quand il va craquer. Tout comme nous, l'animal humain a cinq sens, mais ils ne savent pas s'en servir. Alors, je saute par terre, il me suit, il me pourchasse plutôt et moi, je vais me réfugier sous une chaise. Impossible qu'il m'attrape. Je le nargue, je miaule, ça l'énerve encore plus fort. Je miaule de plus belle, je ris. 

Le soir, je retourne sur l'appui de fenêtre et observe ceux qui le matin couraient. Maintenant, ils rampent. Ils ont l'air de mauvaise humeur. Ils sont fatigués. Je me demande pourquoi ils étaient si pressés le matin ? Il faudra que j'en cherche la cause... On dirait que la vie de ces bipèdes n'est faite que d'ennuis, de sueurs et de larmes. À se demander pourquoi ils se reproduisent ? Moi, je dors le jour, je m'éveille la nuit et, quand j'ai faim ou soif, il suffit que je miaule pour que mon esclave vienne me servir.

Posté par josephorban à 12:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 mars 2014

Gand en deuil

Il y a des moments comme ça. En une semaine, la ville de Gand vient de perdre deux énormes figures du comaine culturel. Jan Hoet, d'abord, Gérard Mortier ensuite. Je ne connais pas ce dernier, mais je n'ai jamais lu que des louanges sur lui lorsqu'il dirigeait plusieurs Opéras. Bien sûr, comme dans tout, pour ceux à qui Mortier ne s'intéressait pas, ce n'était qu'une crapule.

Pareil pour Jan Hoet. Il est, je pense, l'homme qui a fait le plus pour l'art contemporain en Belgique. Je dis la Belgique parce que, en région wallonne (et bruxelloise) personne n'a jamais RIEN fait dans ce domaine.

J'ai eu l'occasion de rencontrer trois fois l'homme. D'emblée, on percevait que c'était un "dictateur". à savoir qu'il ne supportait pas les faux-semblants, l'art mensonger. C'était un vrai bonheur d'entendre enfin un type qui parlait d'une pièce sans mentionner qu'elle valait un milion d'euros et que c'était un bon placement. Chose que l'on entendait bien souvent lors des ennuyeux vernissages. 

La dernière fois que je l'ai vu, c'était il y a bien longtemps. J'avais été invité, diable sait pourquoi, à un repas chez un collectionneur liégeois. Qui avait sans doute besoin d'un emmerdeur à sa table. Nous étions une trentaine. Soirée de gala, grands vins et tout le tralala. Vous savez comment sont les nouveaux riches. Je faisais un peu coup de poing dans la gueule avec mon jeans et mon t-shirt. La femme du collectionneur était allée le matin acheter un kilo de caviar à Paris. Chez Petrossian, of course, on n'allait pas aller au Carrefour. Ils avaient beaucoup ri quand le chat de la maison avait sauté sur la table pour manger une partie du caviar.

À un moment de la soirée, le collectionneur demande à Jan (vous savez, chez ces gens, on tutoierait même le Roi) ce qu'il pense de sa collection ? Enfin de la toute petite partie que l'on pouvait voir dans la salle de réception. Il trouvait que l'ensemble était cohérent. Qu'il y avait de fort belles pièces. Mais, tu vois, cette sculpture ? Moi, à ta place, demain, je la mets aux poubelles parce que c'est vraiment de la merde ! 

Heureusement, l'auteure de cette sculpture n'avait pas été invitée...

Posté par josephorban à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2014

Journée de la Femme

Aujourd'hui, c'est donc la journée de la femme (vous remarquerez que la journée de l'homme n'existe pas, du moins pas encore). C'est aussi, durant tout le week-en le Festival de l'érotisme à Bruxelles. Coïncidence ? Pas certain. Enfin. 

L'occasion d'apprendre que c'est à Charleroi que les femmes achètent le plus de lingerie et de joujoux sexuels. Suffit-il de s'appeler Joseph Orban pour tomber sur l'exception qui confirme la règle ? Je me le demande.

L'occasion d'apprendre aussi qu'il y aurait 10 % des femmes en plus qu'en 2000 qui seraient prêtes à faire certaines choses au lit ! Comme c'est intéressant. C'est curieux, vous pouvez parcourir la presse de ce jour et la plupart des articles concernant cette journée tournent autour du cul. 

Posté par josephorban à 14:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Petit traité félin d'éthologie humaine

Au début, j'avais pas de nom car on savait déjà qu'on allait me déporter à une petite centaine de kilomètres de l'endroit où je suis née. Mais, avant cela, on m'a plongée dans le gaz quelques heures pendant lesquelles on m'a fait la totale. J'ai donc fait le voyage durant près d'une heure, plongée dans le noir, le bruit et dans une geôle où je pouvais à peine me tenir. Imaginez que l'on fasse cela à un animal humain et vous auriez toutes les polices du royaume à vos troussses. Mais non, je ne suis qu'une bâtarde siamoise. Cela fait à présent près d'un an que j'étudie le comportement de ces bipèdes étranges. C'est assez fascinant.

La personne qui s'occupe de moi est un individu mâle dans l'automne de sa vie. Au début, il a essayé de me donner un prénom. Ses borborygmes me laissaient froide. Puis, un jour, il a émis un son que mon oreille aimait bien. C'est ainsi que je m'appelle Belle. C'est la première chose que j'ai remarqué chez ces bipèdes : ils sont bêtes ! Beaucoup plus que nous. Par exemple, je comprends mon prénom, je sais ce que signifie "viens". Je comprends même des choses plus complexes du genre "tu veux manger", "tu veux sortir" tandis que lui, il n'entend rien à mes miaulements. Et dieu sait si j'aime miauler ! C'est même une de mes activités favorites. Lui, ça semble l'énerver. Pourtant, je ne miaule que quatre ou cinq fois par minute. Je ne suis pas une perruche quand même.

Le trait le plus étrange de cet animal, c'est qu'il s'éveille avec le jour et se couche avec la nuit. Tout le contraire de nous, les félins supérieurs. L'animal humain est égoïste. Tandis que je dors là où ça me plaît, il ne se préoccupe nullement de mon sommeil. Et vas-y que je brosse, et vas-y que je fasse la vaisselle (oh, ce bruit des assiettes qui s'entrechoquent !) et vas-y que je débarrasse la table ! Tout ça pendant que je dors, du moins que j'essaye de le faire. La nuit dernière, j'ai rêvé que j'étais un tigre, que je lui sautais dessus et que je lui fermais la gueule une bonne fois pour toute. Je me suis ravisée en me demandant qui alors me donnerait la patée, ouvrirait les boîtes ? Parce que l'animal humain est tellement bête qu'il fait cela pour nous. Ils ne se rendent même pas compte qu'ils sont esclaves des félins. Pauvres et lamentables idiots...

P1020428

(à suivre)

Posté par josephorban à 13:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]



Fin »