08 juillet 2014

Joseph Orban (1957-2014)

Salut les poètes, les compagnons d'un soir, les vieux de la vieille, les bleus de la nuit, les évadés du fond du puits, tous ceux qui ont fait un bout de chemin,On a appris cette dure nouvelle je ne sais déjà plus quand déjà, c’était dimanche midi je crois, dimanche de pluie, un mot de thierry adressé à quelques-uns :«Les mots me manquent... Cette après-midi, rue de la Butte, j'ai appris brutalement le décès de Joseph.Je n'ai aucune information si ce n'est que l'on est venu enlever son corps hier dans la journée.»Joseph Orban est... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2014

Découverte

" J'ai mangé de l'homme, ça a le goût de chèvre ". Petite grande phrase trouvée dans "Les fruits du Congo" d'Alexandre Vialatte, livre ancien (1951) que je suis en train de découvrir avec émerveillement. Je vous en parlerai quand je l'aurai lu et rebu... Et puis cet autre étourdissement en lisant les années de naissance et de mort de Vialatte: 1901-1971... Les mêmes dates que papa...
Posté par josephorban à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2014

Les chemins vers les livres...

... sont toujours sinueux. Bien souvent, on ne sait pas comment ni pourquoi on rencontre un auteur, ni pourquoi on s'y accroche ou on le rejette. Lire est un acte de mauvaise foi.  J'étais, voici longtemps, à la librairie Tropismes de Bruxelles. LA librairie bcbg. L'endroit où être. La librairie où le même livre semble meilleur simplement parce que c'est là où on l'a acheté. À l'époque où il n'était pas encore roi, c'est là que Flupke faisait, incognito, ses achats. C'était toujours le branle-bas car, habile comme un hipo dans... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2014

Et alors ?

Les chemins vers les livres sont parfois très étranges. Gabriel Garcia Marquez, aka Goba, est mort. À son âge, ce n'est pas très étonnant. Mon premier amour venait de me larguer comme une mouche bleue sur un étron frais. J'étais à l'époque fort con, croyant encore que l'amour était éternel. Vous voyez le genre. Enfin, cela m'avait permis d'apprendre que l'éternité était égale à celle des roses. C'est déjà ça. J'habitais toujours chez ma mère. Elle me signala qu'une pute (c'était comme cela que, en connaissance de cause, elle... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 22:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 février 2014

Pour en finir avec la vérité

Bien sûr que je m'en fiche de la vérité. Complètement même. Encore plus même. La vérité est tellement fluctuante, d'heure en heure, qu'elle n'existe pas. Et c'est heureux. Ce qui m'énerve le plus, en tant qu'écrivain (enfin, on disait que je suis écrivain), ce sont les gens qui pensent que je suis une copie carbone de mes textes. Heureusement, il n'en est rien. Certes, comme tout le monde, je suis immatriculé à l'état civil. Comme si j'avais un gps au fond de l'os qui permetrait qu'on me retrouve n'importe où. Lorsque je suis devant... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2014

Mentir, dit-il

Il y a toujours quelque chose d'encombrant chez les gens qui ont sombré dans la littérature (étant entendu qu'écrire ne peut jamais conduire qu'au naufrage). C'est que les lecteurs (quand vous en avez) vous prennent au pied de la lettre. Ils vous assimillent à vos phrases. Ils pensent bien souvent que vos textes vous représentent.  Cela m'a déjà valu pas mal d'ennuis. Dans le meilleur des cas, pour remarque, j'avais : "mais comment un type aussi gentil que toi peut-il écrire des choses aussi immondes" ? Ben, justement, parce que... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 21:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 janvier 2014

T'occupe pas d'Amélie...

La première fois que je l'ai rencontré, c'était dans un "auditoire" de l'Université van Luik où je traînais mes sabots de plomb pensant naïvement rencontrer de brillants professeurs. Autant chercher une une cendre de cigarette dans le terril de la Bacnure (*). Tout nous séparait. Il était toujours vêtu d'un costume trois pièces, avec le gilet, la cravate, la barbe impeccablement taillée alors que j'errais cheveux tombant jusqu'aux épaules et habillé de noir de pied en cap. Le genre de mec auquel je n'aurais jamais dit bonjour.... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 17:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 janvier 2014

Lire en public

Cela ne va pas vous étonner, mais j'ai horreur de lire mes textes en public. Je commence à avoir des nausées dès le matin, ça s'arrange pas vers midi et ça ne fait qu'augmenter avant de monter sur scène. Juste quand je me dis que mes textes sont de la merde et que je pourrais réciter pipicaca, ça ne changerait rien. Une fois la lecture finie, soit je me barre, soit je vais vomir dans les toilettes parce que, bon, sur scène, ce serait malpoli.  Je fais juste une exception : les écoles. C'est toujours amusant de voir les ados... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 15:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 janvier 2014

Non, pitié, pas elle !

Un lecteur du blog me fait remarquer que je ne suis pas la seule célébrité à ne pas avoir le permis de conduire. C'est sympathique parce que je ne suis pas, loin de là, une célébrité (heureusement). Parmi celles-ci, il cite... Amélie Nothomb !  Non, pitié ! Pas elle. Mais elle a le permis d'écrire, hélas...
Posté par josephorban à 17:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 décembre 2013

Une première

L'ex écrivain Joseph Orban vient de se voir remettre pour la première fois le Prix du meilleur blog de la Rue de la Butte. 
Posté par josephorban à 12:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]