14 février 2014

14 février

Sans remonter à Al Capone, il s'en passe des choses le 14 février. Il y a juste dix ans, le coureur cycliste Marco Pantani gagnait un dernier grand prix de la montagne. Il y a tout juste un an, Oskar Pistorius, l'athlète sans jambes, protégeait sa maison d'un cambrioleur en tirant à travers la porte de la salle de bains. Oups, ce n'était pas un cambrioleur... Simplement sa fiancée. Les sites de rencontres rivalisent d'imagination pour tenter d'amener des clients. (Pas sur une aire de repos, hein, Nènènne)...   C'est... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2014

14 février

Je retiens toujours cette date parce que c'est le seul jour où je fais des économies. Evidemment, il y aura toujours des esprits chagrins qui me répondront qu'ils ne font rien ce jour-là parce que chez eux, c'est saint Valentin toute l'année. Ce qui me fait toujours sourire doucement...
Posté par josephorban à 01:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2014

Ma coiffeuse perso

Ça va vous paraître bizarre d'apprendre qu'en tant que misogyne profond, j'ai une coiffeuse perso. Elle vient même à domicile. En plus, elle n'est même pas coiffeuse. C'est une connasse d'artiste. Il se fait que, je l'aime bien, la petite. Je ne sais pas pourquoi. Pas parce qu'elle est belle, ou kékchose du genre, non, même si elle est belle, je l'aime bien. C'est tout, pas b'soin d'explics. (Ah, je parle jeune). Bon, forcément, on se dit bonjour komketuva, c'est la fonction phatique parce que, autant elle que moi, finalement, on... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 01:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2014

Mardi, c'est Victoire

La mémoire des gestes Dans la vie, il y a des tas de gestes inconscients. Pour prendre un bête exemple, au Bois, l'interrupteur des wc étaient à l'intérieur. Ici, sur la Butte, il est à l'extérieur. Eh bien, par habitude, ma main se pose toujours à l'intérieur quand il s'agit d'éteindre la lumière. Ce n'est pas grave, tout le monde s'en fout. La semaine dernière, j'avais fait remarquer à Victoire que je commençais un petit peu, tout doucement, presque peut-être, on ne sait jamais, à m'énerver, enfin à presque m'énerver de la manière... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2014

Belgacom's saga. pas encore fin

En fin d'après midi, je reçois un appel sur mon portable. Un mec qui m'appelle en flamand. Comme je lui dis que je comprends pas, il tente de me parler dans un semblant de français. Si tout va bien, je devrais avoir le téléphone le... 11 mars ! Fabuleux non ? Bon, espérons qu'il n'y aura pas un tsunami de la Meuse. On ne sait jamais. Bon, aussi, il ne m'a pas précisé de quelle année il s'agissait.
Posté par josephorban à 00:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 février 2014

Miracle ! Vous n'allez pas me croire...

Ce matin, je sors de chez moi pour aller acheter le journal. Miracle, le technicien de Belgacom sonnait chez moi. Je sais, me dit-il, je devais normalement venir demain, mais en l'absence d'un client, comme j'étais dans le coin, je me suis dit que j'allais passer chez vous, depuis le temps que vous attendez. De fait, j'étais content. Puis, je vois le regard de l'homme s'assombrir. Où y sont les panneaux d'interdiction de stationner ? Il m'explique. On doit normalement placer ces panneaux trois jours avant les travaux, histoire que... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 11:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 janvier 2014

Ne plus sortir, enfin

Je me suis fait "engueuler" par une amie sous prétexte que j'avais refusé deux places gratuites à un spectacle. D'abord pourquoi deux ? Je ne vais quand même pas sortir avec mon ombre. Comment expliquer aux personnes qui me veulent du bien que la ville m'étouffe ? Que je suis pris de vertiges lorsque je suis obligé d'y descendre pour des seules raisons administratives ? Que je suis pris dans un indiscible tourbillon lorsque je vois cette "multitude vile" comme disait Charles, glisser autour de moi, m'avaler, me manger, me chier sans... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 16:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 janvier 2014

Cavanna encore et toujours

Allez, puisque je sais que tu ne me liras pas, je vais me permettre de t'appeler François et de te tutoyer. Ce qui est rare chez moi. François, il y a une chose qui me fait rire. Enfin, façon de parler. C'est que les intellos ont commencé à te trouver du talent quand tu as publié les "Ritals". Comme si tu n'en avais pas déjà avant. Ces engoncés qui parlaient pour les chaises (et encore) découvraient soudainement qu'un provocateur pouvait quand même avoir du style et même un coeur !!! Comme si on pouvait être provocateur sans avoir ni... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 23:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 janvier 2014

Cavanna (suite et, malheureusement, fin)

Une visite impromptue m'a empêché, ce matin, de rendre plus hommage à Cavanna. Je le fais donc maintenant. Cavanna, je l'ai "rencontré" lorsque j'avais quinze ans après avoir piqué un Hara-kiri qui se trouvait alors curieusement planqué dans la section porno des librairies. Attention, à l'époque, les revues pornos se limitaient à Lui et Playboy, revues superbement taguées d'un grand coup de marqueur noir qui empêchait de voir un endroit qui distinguait la femme de l'homme. On disait même que ce glorieux travail manuel était confié... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 20:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 janvier 2014

Cavanna rejoint Choron

C'est Le Monde qui m'apprend la nouvelle à l'instant, avec un titre un peu bizarre : Bon, il a été corrigé car, dans sa première version, on ne parlait que du dessinateur Cavanna. Cavanna a très peu dessiné. Très très peu. C'est surtout comme écrivain qu'il se fera connaître. Enfin, qu'importe, le voilà partir rejoindre Choron. À 90 ans. Avec Parkinson comme dernière compagne.
Posté par josephorban à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]