J'ai une amie qui me trouve énervant parce qu'elle trouve que je veux toujours avoir raison. Ce qui est faux. Mais bon, je la laisse monter sur ses grands poneys. L'autre jour, elle me disait que tout était presque prêt pour son voyage aux USA, il ne lui restait plus qu'à aller changer des euros en dollars. Je lui ai dit que ça servait à rien, qu'elle avait une carte de banque. Elle me répondit qu'elle n'en avait pas besoin si c'était pour s'acheter quelque chose à un coin de rue, elle aurait besoin de billets. Soit.

La dernière fois que je suis allé à New-York, ça remonte à 25 ans, je n'avais pas de carte V**A mais je me souviens que tous les commerçants me regardaient d'un drôle d'air quand je sortais les billets. J'ai essuyé le même regard quand je suis allé en Afrique du Sud (*) il y a dix ans. J'ai demandé à ma soeur qui vit dans le Massachussets ce qu'il en était. Elle m'a répondu que cela faisait belle lurette qu'elle n'utilisait plus de billets. Même les vendeurs de hot-dogs au coin de la rue avaient un appareil à carte bancaire. Il me semblait bien.

Notez que ça commence tout doucement à être la même chose ici. Je n'ai certes jamais vu un billet de 500 euros, mais j'aurais du mal à dire de quelle couleur est le billet de cinq euros. Même quand je vais acheter mon journal le matin, je le paye avec une carte. Il n'est plus loin le temps où ce sera possible de payer ainsi son billet d'autobus. Dans le pire des cas, d'ici dix ans, le billet de banque aura disparu  des poches pour rejoindre le musée. Je ne sais pas si c'est un progès, mais ce sera comme ça.

Mais il semblerait que le Belge soit encore très fétichiste du billet.

* Quand je suis arrivé à Cape Town, j'ai demandé à la dame de "l'hôtel" où le pouvais changer mon argent en rands. Elle m'avait  regardé comme si j'étais un demeuré. Mais, ici, tout le monde paye avec une carte, pas chez vous ?