À peine rentrée de l'école, Elise me dit : "Papa, on disait que j'étais bibliothécaire et que tu venais emprunter des livres". Bon, impossible de m'échapper. D'autant qu'elle connaît presque par coeur l'emplacement des bouquins. Bonjour, Madame, est-ce que vous avez la correspondance de Flaubert en Pléiade ? Oh, oui, bien sûr, il y a quatre volumes, lequel voulez-vous ? Ben, le premier pour commencer. 

Elle va donc chercher le livre puis me dit : "Vous savez, Monsieur, les Pléiades, il n'y a plus personne qui emprunte ces livres, si vous voulez, je vous le donne et vous pouvez le garder pour toujours"...

Ah, si toutes les bibliothécaires pouvaient être comme Elise...