Voilà bien une expression que l'on ne commence à exprimer qu'en abordant la cinquantaine ou alors, ironiquement, pour se moquer, à vingt ans, des vieux cons qu'étaient nos parents. Quand ils disaient, par exemple : de mon temps, les chanteurs avaient de la voix et on n'écoutait pas de la musique de sauvage comme aujourd'hui les jeunes. 

De mon temps est une expression passe-partout qui tendrait à faire croire que "de mon temps", tout était mieux alors que ce n'est pas vrai. De tout temps, il y a eu des cons. Il y en aura encore plus. De mon temps, il y en avait trois milliards, il y en a sept maintenant. L'espèce n'est guère menacée d'extinction...