J'ignore pourquoi, depuis six semaines, les journaux belges semblent s'être mis d'accord pour nous persuader que le golf s'était nettement démocratisé et qu'il était maintenant un sport à portée de tous. 

Notez que, quand j'avais encore la télé et toujours des insomnies, j'aimais bien regarder les compétitions de golf. J'admirais le gars qui, d'un seul coup, amenait la balle trois cents mètres plus loin à cinquante centimètres du trou. Puis qui s'y reprenait à trois ou quatre fois pour conduire la balle au but. Ça me reposait de voir ces tournois. Je finissais par m'endormir tranquille.

Dans ces mêmes journaux, ils ont tous eu l'interview exclusive d'une jeune pas encore championne belge qui tente de faire son trou dans ce sport. Elle avouait candidement qu'une année de tournais lui coûtait 80.000 dollars.

Ce qui, évidemment, est à la portée de toutes les bourses.