Elise est venue l'autre samedi. Elle était en mode fouilleuse. Elle découvre une vieille boîte remplie de lettres anciennes. D'abord lui expliquer qu'au temps des dinosaures, il n'y avait pas internet et que c'était considéré comme malpoli d'écrire à la machine. Je me demande si Elise a déjà vu une machine à écrire ailleurs que dans le fond d'un grenier.

Là, elle était aux anges. Pensez donc, pouvoir lire les lettres que papa avait reçues. Elle m'a demandé de rester auprès d'elle pour les explications. Elle tombe d'abord sur un petit mot envoyé par Savitzkaya. Stupéfaction ! Dis, qui c'est qui a écrit ça ? On comprend rien. Ecriture minuscule. Quasi incompréhensible. Puis d'autres de Jacques Izoard. Ça, ça allait, c'était lisible. Elle lit. Tout. Attentivement. Jacques, c'est ton ami qui est mort quand la télé est venue pour que tu parles de lui ? Oui. Sa mémoire m'étonne. Et ça ? Anna Moor, c'est qui ? C'est une amie. Puis elle pioche dans des lettres d'amour. Là, ça l'intéresse, les lettres d'amour. Elle ne m'a jamais vu avec une femme. Elle adopte son regard malicieux. Hoho, je t'embrasse, j'espère te revoir bientôt. C'est une amie qui écrit ça ? Oui. Il y en a quand même beaucoup de ces lettres. Je me surprends à être content de n'avoir pas gardé de copies des miennes. Style interdit aux moins de 18 ans.

Dis papa ? Tu te souviens que je ne supportais pas quand tu me disais que t'avais eu cinq mille amoureuses ? Oui, je faisais ça juste pour te faire tiquer. Eh bien, maintenant, après avoir lu tout ça, je me demande si tu ne me disais pas la vérité. Elle rit. Je ris. 

Cinq mille, lui dis-je, n'exagérons quand même pas. Je reste dans le flou. Si je lui dis cinq, ce qui serait plus proche de la vérité... Elle me regarde. Oui, mais elles finissaient les lettres par je t'embrasse... Je lui dis que c'était une formule de politesse qu'on employait parfois alors. 

Oui, oui, dit-elle, une "formule de politesse".

Dans ses grands yeux bleus, j'ai l'impressionde lire "à d'autres". Elle s'est bien amusée. Elle m'a demandé s'il y avait d'autres lettres ? Oui, encore beaucoup. Je pourrai les lire. Oui, mais une autre fois...