Vie : MMST, maladie mortelle sexuellement transmissible.

Mort : le plus beau jour de la vie.

Histoire d'amour : histoire dont on connaît la fin malheureuse mais qui ferait mieux de ne jamais commencer.

Femme : la femme est le futur antérieur de l'homme (Louis Aracon).

Féminisation des noms.

Un croque-mort, une croquette-morte.

---

Tous les chemins mènent au rhume, mais aucun aux Roms.

Comme aurait dit Jacques Brel, Valls a mis l'temps pour y arriver. On ne sait pas si Ségolène aura la bravitude de venir aux réunions en scooter.

---

La future veuve de Michael Schumacher commence à en avoir un peu marre de faire 240 kilomètres tous les jours pour aller prier devant le lit de son mari. Du coup, vu le prix de l'essence, elle a décidé de faire construire une chambre d'hôpital dans leur propriété. Douze millions d'euros que ça va coûter. Ça fait quand même cher le pot de plante.

---

Uli Hoëness fut, dans sa jeunesse, une star du football allemand à une époque, malheureusement pour lui, où les joueurs n'étaient pas payés un million d'euros par jour pour donner des coups de pied dans un ballon. Jeune retraité, il est resté fidèle à son club, le Bayern Munich, a gravi les échelons pour en devenir le Président. Ce qui est loin d'être une sinécure. Le pauvre Uli ne pouvait pas penser à tout. On n'allait quand même pas lui chercher des poux sur la tête sous prétexte qu'il avait oublié de déclarer 38 millions d'euros au fisc allemand. Eh bien si ! Il vient d'être condamné à trois ans de prison ferme, le temps d'aller chercher une brosse à dents chez lui et, hop, le voilà dans une geôle sans doute plus petite que le WC de sa villa. Après huit jours de détention, un rapport favorable de l'administration pénitentiaire est arrivé sur la table du juge. Pendant ces huits jours d'exil, le criminel en col blanc Hoëness a fait preuve d'une attitude digne. Du coup, le voilà libre « sous condition ».

Peut-être une interdiction de quitter le sol allemand pour aller se la couler douce aux Îles Grenadines ? On ne sait pas.

Comme vous voyez, malgré ma longue absence, le monde est toujours aussi drôle...