Cela m'amuse beaucoup d'observer ces animaux étranges. Le matin, par exemple, je m'assieds sur l'appui de fenêtre et je les regarde courir comme des fous, comme des folles. Même leurs petits font pareil ! Au début, je pensais qu'ils chassaient des souris, des oiseaux, mais non, le matin, ils semblent toujours pressés. Certains de ces animaux crient même sur leurs petits sous prétexte qu'ils allaient être en retard. En retard de quoi, je me le demande toujours ? Celui qui s'occupe de moi me dit que les uns vont au boulot, les autres à l'école. Pourquoi faire, l'école ? Regardez, moi, par exemple, je n'ai jamais mis un coussinet à l'école et, pourtant, je comprends le langage humain. J'ignore ce qu'est le travail et, pourtant, je ne m'en porte pas plus mal.

Celui qui s'occupe de moi, je ne le vois jamais courir. Parfois, il me fait penser à une statue de pierre. Il passe ses journées à tapoter sur un clavier. Ça a l'air de l'amuser. Alors, parfois, je saute sur ses genoux, je vois des signes apparaître sur l'écran, j'essaye de les attraper... Impossible ! Et pourquoi n'ai-je pas le droit de jouer aussi avec le clavier ? Allez savoir. Ça a l'air de l'énerver. Il est d'ordinaire fort calme, mais, quand je joue avec le clavier, ça le met hors de lui. Notez que, maintenant, j'ai appris à reconnaître le moment où il allait craquer. Plus envie qu'il me prenne par la peau du cou et me rejette au loin dans un bout de la pièce. Ce bipède ne sait pas que je sais quand il va craquer. Tout comme nous, l'animal humain a cinq sens, mais ils ne savent pas s'en servir. Alors, je saute par terre, il me suit, il me pourchasse plutôt et moi, je vais me réfugier sous une chaise. Impossible qu'il m'attrape. Je le nargue, je miaule, ça l'énerve encore plus fort. Je miaule de plus belle, je ris. 

Le soir, je retourne sur l'appui de fenêtre et observe ceux qui le matin couraient. Maintenant, ils rampent. Ils ont l'air de mauvaise humeur. Ils sont fatigués. Je me demande pourquoi ils étaient si pressés le matin ? Il faudra que j'en cherche la cause... On dirait que la vie de ces bipèdes n'est faite que d'ennuis, de sueurs et de larmes. À se demander pourquoi ils se reproduisent ? Moi, je dors le jour, je m'éveille la nuit et, quand j'ai faim ou soif, il suffit que je miaule pour que mon esclave vienne me servir.