Il y a toujours quelque chose d'encombrant chez les gens qui ont sombré dans la littérature (étant entendu qu'écrire ne peut jamais conduire qu'au naufrage). C'est que les lecteurs (quand vous en avez) vous prennent au pied de la lettre. Ils vous assimillent à vos phrases. Ils pensent bien souvent que vos textes vous représentent. 

Cela m'a déjà valu pas mal d'ennuis. Dans le meilleur des cas, pour remarque, j'avais : "mais comment un type aussi gentil que toi peut-il écrire des choses aussi immondes" ? Ben, justement, parce que j'écris et qu'écrire, c'est, forcément mentir. Je prends un exemple simple. Si j'écris que je suis monté dans l'autobus quatre, je mens. J'écris simplement que je suis monté dans l'autobus quatre. Un exemple qui me vient à l'esprit: Stephen King a écrit des scènes de meurtres monstrueuses (il n'est pas le seul), que je sache, il n'a jamais tué personne.

Cioran était contre la vie, contre la procréation. Il avait pourtant des enfants. La particularité des artistes, peu importe leur discipline, est de jeter un autre oeil sur la vie que le regard commun. Et la pensée certaine.

Il paraît qu'en prison, Dutroux écrit des pages démentes. C'est possible. Mais il n'est pas écrivain. L'écrivain a la capacité de décrire la démence sans tomber dedans. Ecrire est un "travail" monastique et contemplatif. C'est pour cela qu'ils sont condamnés à perpétuité à la solitude. Ça les dérange pas trop. Ils auront toujours leurs fidèles mains pour se vider les burnes quand la brume est trop brune. C'est pour cela que le fait de n'être pas aimés les fait plutôt sourire. Même si, parfois, ça leur fait mal. Oui, ça leur arrive, à ces racailles d'avoir mal.

Lors du long procès en reconnaissance de paternité de ma fille, sa mère m'avait dit que, de toute manière, elle avait une arme infaillible. Dans un mes livres, j'avais écrit: "J'ai toujours su mentir". Donc j'étais un menteur. J'avais écrit aussi : "mais moi, je mens toujours et cela seul est vrai".

Oh, ça ne me dérange pas, mesdames, que vous ne m'aimiez pas. Je dirais même qu'avec le temps, cela me flatte plutôt. Cela fait plus de dix ans que je ne vous aime plus. Et, si ma vie était à refaire, je préférerai n'avoir plus jamais à croiser une seule fois une créature de votre genre.

https://www.youtube.com/watch?v=OPQxnvd89b4