Rue de la Butte, je n'ai plus de jardin. Mais je peux profiter de celui de la voisine du rez-de-chaussée sans devoir m'en occuper le moins du monde. Ce qui est le comble du luxe. Dans ce jardin, il y a un lilas. Mauve ou blanc, je l'ignore. Ce matin, j'ai tout de même été surpris. Nous sommes le 30 décembre et l'arbre porte déjà des bourgeons !!! 

Dès sa naissance, tout bourgeon porte en lui les rousseurs de l'automne.

Vieux proverbe taorbaniste. Mais mauvais signe pour les fruitculteurs car, s'il ne gèle pas, poiriers et pommiers resteront stériles en été. Alors, à l'automne prochain, des pommes au prix du caviar ? C'est possible.

alilas