Je me souviens de l'hiver 60. Je me souviens que les flics avaient abattu des ouvriers devant la gare des Guillemins. Je me souviens que le journal la Wallonie avait été interdit parce que le journal avait osé faire sa une en disant "Soldats, ne tirez pas sur vos frères !".

Mais je m'en souviens surtout parce que, cet hiver-là, il devait y avoir un réveillon en famille. Ma mère avait décidé de faire une oie farcie. La grève générale avait explosé. Personne n'était venu. Je me souviens qu'on avait dû bouffer de l'oie pendant une semaine. Je ne me souviens plus d'avoir encore mangé de l'oie depuis...

60

Je me souviens qu'aucun journal n'avait osé faire paraître une photo des cadavres d'ouvriers abattus par la flicaille d'alors. Je me souviens qu'à la maison, on parlait à mi-mots d'une possibilité de guerre civile. Je me souviens que mon mononcle Victor parlait, à voix très basse aussi, d'une possibilité de faire sauter les rails du chemin de fer.

Je me souviens avoir été invité à la première de "Hiver 60", un film de Thierry Michel que je ne connaissais pas alors. Je me souviens qu'avant la projection du film, j'étais allé pisser avec Philippe Léotard qui tenait le rôle principal.  Je me souviens qu'il était aussi bourré que moi et qu'il m'avait dit "putain, qu'est-ce qu'on se fait chier dans cette ville" ! 

Je n'allais pas le contredire...

philippe-leotard

Je me souviens que je ne l'ai plus jamais revu depuis...