Je me souviens que papa, aveugle, m'avait obligé d'apprendre à lire et écrire à l'âge de trois ans. AInsi, le lundi matin, je pourrais lui lire les résultats des matchs de football. Je me souviens que, puisqu'il était né dans cette ville, il était supporter du FC Seraing qui végétait alors dans les profondeurs des classements des "provinciales". Je me souviens qu'il m'avait dit que "tu verras, un jour, Seraing sera en première division". Je me souviens que tout le monde se foutait de sa gueule comme lorsqu'il qu'il affirmait qu'une jour les hommes iraient sur la Lune et que le Monténégro, pays alors disparu, allait renaître.

Je me souviens qu'un jour d'été 1982, le FC Seraing est monté en première division. Et, même si je m'en foutais, je me souviens avoir pleuré comme un fou en repensant à l'improbable prédiction de papa.

Je me souviens que, un an plus tard, Jacques Jaminon qui faisait, entre autres choses, office de videur au Cirque Divers avait foutu à la porte de l'établissement, le très doux et sympathique Jules Bocandé, joueur du FC Seraing, qui voulait juste venir danser. Je me souviens que Jules Bocandé gagnait en une semaine ce que Jaja perdait en un an.

Je me souviens que les hommes sont allés sur la Lune et que le Monténégro existe de nouveau. 

Je me souviens que, bien qu'aveugle, papa était un voyant. 

J'ai, par contre, oublié quand il me disait de ne jamais chercher une belle femme car j'y perdrais mon temps et ma vie... Pardon, papa, j'aurais dû t'écouter. Mais, le problème, c'est que, entre 20 ans et la mort, on est vraiment fort cons... Tu en sais quelque chose, toi qui as épousé ma mère. Mais il est vrai que, cécité oblige, tu ne l'as pas beaucoup vue...