à la disparition de Fernand Flausch (cf supra komondi à l'Unif), reçu un mail de mon ami André Stas qui me disait : "la mort, il faudrait la poursuivre en justice pour faux et usage de faux".

Ça m'a fait rire.