Notre Roi bien aimé, Bébert II n'a vraiment que des ennuis depuis qu'il est monté sur le trône. Après son plus jeune fils qui fout la zone partout où il passe, son aîné et successeur aussi à l'aise qu'une éléphant dans un magasine de porcelaine, voilà que c'est sa bâtare de moins en moins cachée lui cherche noise. Elle l'attaque en justice car elle aimerait qu'il la reconnaisse officiellement. Gageons que si le père de cette jeune dame avait été éboueur, elle ne mettrait pas autant d'acharnement dans les poursuites. Poursuites bien inutiles puisque, en Belgique, la personnalité du roi est inviolable. Ce n'est pas la France ici, on n'a pas l'habitude de décapiter les rois.

Bien sûr, tout le monde s'en fout de cette histoire de cul. Mais ça fait jaser, à défaut de jazzer, dans les bistrots et dans les journaux quand les journalistes ne sont pas au bistrot. Il faut dire que Delphine, puisque c'est ainsi qu'elle s'appelle, y met le paquet. Elle voudrait aussi imposer un test ADN à ses frères. On entre là dans le vaudeville car rien ne dit que Laurent le Garnement soit le fils de son père. Feydeau en aurait fait un chef d'oeuvre.

À part ça, Delphine est, paraît-il, une artiste de renom. Selon certains galeristes qui ont bien profité de la situation pour faire monter sa valeur marchande qui n'aurait jamais dû, normalement, s'élever plus haut que la semelle de ses ballerines. En tout cas, ce que l'on est bien obligé d'amettre, c'est que Delphine connaît fort bien l'anglais. C'est déjà ça...

7251248_RedacSel2_belga-39564581_jpg_0MOJG7VC

Et qu'elle est d'un raffinement rare !