J'ai trois ans. Quatre peut-être. Avec le regard triste d'un enfant au coin d'une cheminée. Je suis entre mes deux "neveux". Ce sont les enfants de ma soeur. De la fille de ma mère. Nous sommes dans la grange qui me servait d'île aux trésors. L'ancien propriétaire l'avait laissée telle que. Heureusement pour moi, sans la vider. L'homme qui rit, c'est papa. Il est déjà aveugle à 90 %. Il disait qu'il voyait encore à peine nos ombres. Il ne verra plus rien quelques mois plus tard après une ultime opération. Je me souviens des chambres d'alors de l'hôpital de Bavière. Les plafonds faisaient au moins cent mètres de haut. Je me souviens des compagnons de chambrée de papa. Ils portaient tous une bande velpeau sur les yeux. Ça me terrifiait. Papa n'a que très rarement porté les grosses lunette noires qu'on lui avait conseillées. Il ne voulait pas que les autres voient qu'il était aveugle. Il préférait rire, envers et contre tout...

apapa