26 avril 2013

Et tu regardes quoi ?

Je devais avoir trente-cinq ans lorsque, dans un bistrot, un jeune garçon était venu me demander s'il pouvait s'asseoir à ma table et me parler un peu, il avait lu je ne sais plus quel "livre" de moi. Je lui avais répondu en souriant qu'il pouvait prendre un verre sans problème puisqu'il me proposait de parler de vide, de l'inutile et d'autres choses d'importance bien plus futile encore. Bien entendu of course, ayant le double d'heures de vol, j'avais de suite compris qu'il était, sans le dire très amoureux de moi. Nous étions allés... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2013

J'étais pas sérieux, mais j'avais dix-sept ans...

Mon ami Patrick avec K comme dans... aime parfois me rappeler à l'ordre. Avec raison bien souvent. Ça dait déjà dix ans qu'on se dit que nous sommes des amais de trente ans. Avec nos défauts, nos défauts et, si on cherche bien, l'une ou l'autre qualité. Il vient de m'émiler pour m'annoncer la mort par pendaison d'un jazzman liégeois de l'époque. Nous avions dix-sept ans, c'était notre premier concert de jazz. Ce qui, à l'époque, nous semblait plus important que notre première pute que nous n'aurions, de toute manière pas pu nous payer... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2013

La presse Lucky Luke 2

Ce matin, dans la presse Lucky Luke, j'ai lu que le terroriste de Boston irait mieux. La preuve, c'est qu'on l'aurait transféré dans un hôpital pénitenciaire. Mieux, il aurait fait des révélations, avec son frère, ils auraient projeté d'acheter deux nouvelles cocottes minutes et de les faire exploser dans Wall Street. Tout cela étant écrit au conditionnel. Le problème, avec la presse Lucky Luke, c'est que les lecteurs ne lisent plus qu'à l'indicatif. Et que, partant, une condition devient la vérité. Notez, ça me donne une idée pour... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]