Ce matin, dans la presse Lucky Luke, j'ai lu que le terroriste de Boston irait mieux. La preuve, c'est qu'on l'aurait transféré dans un hôpital pénitenciaire. Mieux, il aurait fait des révélations, avec son frère, ils auraient projeté d'acheter deux nouvelles cocottes minutes et de les faire exploser dans Wall Street. Tout cela étant écrit au conditionnel.

Le problème, avec la presse Lucky Luke, c'est que les lecteurs ne lisent plus qu'à l'indicatif. Et que, partant, une condition devient la vérité.

Notez, ça me donne une idée pour une nouvelle émission de télé qui ferait sans doute fortune de celui qui l'inventera. Le principe est simple. On choisit, dans tous les USA, une équipe de deux frères (ou deux soeurs, une équipe de deux, qu'importe). Ils seraient poursuivis par 9000 personnes. Le but de l'équipe serait de commettre un attentat dans chacun es cinquante états sans  se faire répérer par les 9000 héros.

Bien entendu, pas d'armes de destruction massive du style cocottes minute, mais, disons, l'explosion d'un ballon de baudruche rempli de couleur. Le gagnant aurait le choix entre diriger la CIA, le FBI ou devenir président des USA.

Vu le succès de cette télé-réalité, on pourrait étendre l'émission sur d'autres continents.

Question que je me pose, si les terroristes bostoniens avaient été mille, combien aurait-il fallu de héros pour les arrêter ? Pas loin de 4.5 millions. Une bonne idée pour réduire le chômage. Sans parler du travail rendu aux personnes chargées de réparer les bateaux détruits par un fou qui s'est tiré une balle dans la gorge sans avoir une seule arme.

Parfois, je me demande comment il se fait comment dieu, allahh ou l'autre jéhovah n'ont jamais pensé à faire appel à mon génie. Ce qui me prouve, une fois de plus, qu'ils n'existent pas...