31 janvier 2013

Les amours d'enfant

Je taquine parfois ma fille qui n'a pas encore dix ans en lui demandant des nouvelles de ses amoureux. Pas de ses amoureuses parce qu'elle m'avait répondu "hé, dis, papa, je ne suis pas gay, hein". Elle m'avait déjà fait rire en me disant que c'était fini avec Untel parce que c'était un gros con. Plus récemment, je lui ai demandé des nouvelles d'un Autretel. Hé, dis, papa, celui-là, ce n'était qu'une amourette de vacances hein! Elle déteste cela, mais je n'avais pas pu m'empêcher d'éclater de rire. Ah bon? Une amourette de vacances?... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2013

Question de style

J'étais allé écouter, au début des années 80, le concert que donnait Léo Ferré au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Devant moi, par le plus grand des hasards, il y avait l'ancien échevin de l'Inculture de Luik. Il n'était pas venu seul. Il état accompagné d'une jeune mocheté beaucoup plus jeune que lui.  Etalant sa connaissance absolue de l'oeuvre de Ferré de la même manière qu'il devait étaler son viagra sur ses tartines du soir, il commentait chaque chanson. La jeune femme étant de plus admirative devant une telle montagne... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Les écrivains, les assassins IV

Il y a deux ou trois ans, j'avais été invité en face de Beaubourg, à Paris, banlieue de Liègehélas, pour une soirée d'hommage à Jacques Izoard. Je ne devais pas écrire de texte, juste livrer, peut-être, un témoignage. Après tout, j'avais connu Jacques quand j'avais 18 ans, je devais sans doute avoir beaucoup de choses à dire sur lui. Pour faire sérieux, l'animateur de la soirée m'avait demandé: "Joseph Orban, quand vous rencontriez Jacques Izoard, parliez-vous de littérature"? Carmelo, ça fait trente-cinq ans qu'on se connaît, alors... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 20:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Ça alors !

J'apprends que le Qatar aurait distribué quelques enveloppes pesant leur poids de millions de dollars dans le but de pouvoir arganiser la coupe du monde de foot en 2022! Ça alors! Quel scoop surprenant. J'en suis resté sans voix. C'est un peu comme si on m'avait appris que Lance Armstrong s'était dopé dans sa carrière...
Posté par josephorban à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Les périphrases

Je ne m'y retrouve pas du tout dans les notations à la con que donnent aujourd'hui les écoles. Il paraîtrait que A veut dire 9, B, 8, etc. Ben, écrivez 9, 8, etc, ça aura au moins d'être clair. Il paraîtrait que c'est plus pédagogique, pour les élèves, de rester dans l'abstraction des lettres plutôt que de les mettre en face de la quantification concrète du chiffre. Je dis ça grosse modo, je suppose qu'il existe de grands pédagogues capables d'exprimer cela de manière encore plus incompréhensible. Hier, je devais signer le bulletin... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Les prénoms, les souvenirs

Quand j'ai appris que j'allais être papa d'une petite fille, je me suis longtemps demandé quel prénom je pourrais choisir. De quel droit? je me le demande puisque je n'étais jamais qu'une seconde de foutre éjaculée un peu moins vite que les paroles de la future mère qui m'aient appris une chose que j'ignorais jusqu'alors, à savoir qu'une mère se devait être seule pendant sa grossesse et encore plus seule après. Comme quoi, on on apprend tous les jours.  Malgré tout, j'avais quand même cherché. Et, chose curieuse, je trouvais que... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 18:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 janvier 2013

En réponse à...

... ces deux lecteurs qui se chamaillent au sujet des hommes et des femmes libres, je répondrais qu'il n'y a pas de femmes libres, peut-être quelques unes qui se disent libérées et je reprendrais cette imitatation de Baudelaire que l'on m'avait demandée en humanités et qui m'avait valu un zéro aussi beau que celui qu'on peut lire entre mes fesses: Homme libre, toujours tu chieras dans la mer. Je reste d'ailleurs persuadé que c'était ce qu'avait vraiment écrit Charles, avant de s'autocensurer.  PS: j'arrête avec les femmes qui... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Les étymologies barbares

Je ne sais pas si cet article que j'avais lu il y a bien trente ans était scientifiquement prouvé, mais je l'avais trouvé amusant. On y disait que le mot américain "coin" (prononcé approximativement "cooiigne" et désignant une pièce de monnaie) et le mot français "con' avaient la même origine latine. Le mot latin signifiant "lapin" ayant donné au bout du compte le mot anglais aussi bien que le mot français. Je m'étais dit que ça pouvait être plausible. Après tout, dans les peep-shows new-yorkais, si l'envie vous prenait de vouloir... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Une dame s'insurge

Comment pouvez-vous affimer, me demande-t-elle, qu'il puisse exister de la pédophilie dans l'enseignement officiel et mettre ce dernier sur le même pied que l'enseignement catholique où l'on a maintenant les preuves que tous ces sinistres faits ont été étouffés? Sans doute, là, je fais un procès d'intention, cette dame doit-elle être prof de physique avec les dents de travers, les seins ressemblants plus à un furoncle qu'autre chose, une touffe aussi douce qu'une feuille de papier émeri à très gros grains, bref, un imbaisable totale... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 14:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2013

Ah! vous dirais-je maman II

À l'école des sept nains, il n'y avait pas de fêtes des mères. J'y suis entré en maternelle bien après mes quatre ans. Je n'y allais que très rarement. J'en avais rien à foutre de chanter Frère Jacques ou Gentil cloclicot avec un tambourin ou un triangle au bout de la main. J'allais quand même pas dire à l'institutrice, d'abord parce que j'ignorais l'existence de ces mots, qu'elle aille se faire foutre connasse et que j'en avais rien à branler qu'elle s'étonne que je ne parle jamais avec les autres élèves. Après tout, je ne faisais... [Lire la suite]
Posté par josephorban à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]