Comme vous devez sans doute le deviner, je suis un farouche opposant au projet d'exposition internationale Luik2017.

Je vois déjà les nombreux partisants de cette idée mégalomane me clouer au pilori  et les entend répéter béatement ce que les politiques leur serinent aux oreilles. Quoi? Mais c'est une chance unique pour Liège! Ça va avoir des retombées mondiales! Ça va créer de l'emploi! Patati, patata. Comme si un événement agissait comme un coup de baguette. 

Toutes les villes qui ont organisé des manifestations, le plus souvent sportives, tels que JO ou Coupe du Monde de foot, ont tenu les mêmes discours. Or, on sait que depuis les JO de Montréal, sans discontinuer, toutes ces villes sont, sinon en faillite, dans de très graves situations financières. Le meilleur exemple étant Athènes. Là, le désastre s'est même propagé à tout le pays. 

Une expo internationale, c'est la ville hôte qui paye tout, contrairement aux expos universelles où ce sont les pays invités qui construisent pavillons etc. Or, Liège sort à peine d'une quasi faillite qui fit longtemps jaser à l'époque que voilà que la "métropole" de 200.000 âmes veut se lancer dans ce projet pharaonique! Des millions de visiteurs assurés, disent-ils! Qui donc aurait envie de venir passer ne serait-ce qu'un week-end à Liège? Qui donc, parmi les 30% de sans-ploi pourront se payer un ticket d'entrée dont le prix sera, bien entendu, exhorbitant. 

Liège donc, qui n'a même plus d'argent pour bien entretenir ses écoles, veut donc montrer qu'elle sera la capitale du monde!!! Avec quel fric? Qu'elle laisse donc ce projet à Astana. Là, il n'y a qu'à se baisser pour trouver du pognon (peu importe son odeur d'ailleurs). Ici, à Lîdge, on se penche dans l'espoir de trouver une pièce d'un euro sur le trottoir.

Et qui donc, finalement, payera la facture? Les habitants. Qui n'auront déjà pas eu assez de monnaie pour visiter l'expo. 

Sans_titre