Je viens de recevoir un appel téléphonique d'une de mes nombreuses secrétaires de ma résidence secondaire, l'hôpital de la Citadelle. C'était pour me dire que l'Université d'Oxford avait, par pile ou face, décidé qu'on me placerait un stent dans la carotide au lieu de m'égorger à moitié.

Il faut croire que je manque déjà beaucoup à mes infirmières pas toutes chéries, puisque je retourne à l'hôtel le 10 octobre et que le Docteur Saad (le bien nommé) interviendra non loin de ma gorge profonde deux jours plus tard.

Bien entendu, l'infirmière ne m'a pas précisé la date de mes funérailles. Chaque chose en son temps.

En attendant, je vous offre une petite chanson de circonstance.

http://www.youtube.com/watch?v=CrtxDNNc5Uw