La langue française n'est pas encore morte. Elle a toujours la faculté d'inventer de nouveaux pas. Par exemple, à computeur, elle a préféré ordinateur. Là où les hispanophones ont préféré computador. Je ne suis pas non plus hostilement intégriste face aux anglicismes qui nous inondent. Il y a, principalement dans les nouvelles technologies des mots difficiles à traduire. Certains ont bien essayé de trouver un équivalent français à "mail", "tweet", etc, mais c'est là combat perdu d'avance. Si, par exemple, l'Albanie était maître du monde et avait inventé le mail et le tweet en l'appelant bang et bong, les mots se seraient imposés chez nous aussi. Après tout, les Italiens nous ont, entre autres, imposé "pantalon" sans pour autant assassiner notre langue.

Mais, bord d'aile de merle, comme dirait ma fille quand elle se fâche tout en gardant un certain style, ce qui m'énerve, c'est quand on utilise un mot anglais qui a son équivalent en français. Ainsi le mot "biffer". Il existe quand même depuis longtemps. Ben, aujourd'hui, on me dit "c'est pas difficile, tu clique sur telle touche et tu "dilites". Du verbe anglais francisé "delete". 

La conjugaison de ce nouveau verbe est d'ailleurs assez étrange. Il semblerait qu'on ne l'emploie qu'aux deux premières personnes du singulier de l'indicatif présent. Je n'ai jamais entendu quelqu'un dire "nous dilitâmes" ou "que vous dilitassiez". Il semblerait même que ce verbe, chose exceptionnelle, ne possède pas d'infinitif. C'est un cas unique dans la langue française, un verbe sans infinitif. Jamais on n'entendra quelqu'un dire "il faut diliter". Non, c'est soit, je dilite, tu dilites, puis plus rien. 

Un verbe sans passé, ni futur a-t-il un avenir? Un verbe qui n'a que les deux première personnes du présent, n'esquisse-t-il pas une image d'un futur enfermé dans un nombrilisme pathologique? 

Notez que, j'y pense maintenant, ce verbe pourrait très bien se conjuguer à l'impératif. Allez, dilite maintenant. Dans ce cas, je verrais bien le Robert faire cette entrée dans quelques années.

Dilite: verbe n'appartenant à aucune conjugaison. Ne s'emploie qu'aux deux première personnes du singulier de l'indicatif présent. Biffer, effacer. Vulg: Dilite, maintenant! Signifie Ta gueule!. Utilisé pour la première fois par Orb dans Liège, hélas, le 24 septembre 2012.