À Cannes, les stars illuminent la Croisette. À Gerpinnes, petite localité belge, les policiers ont fait la lumière sur l'impasse de la Croisette. La petite Diana avait disparu. Finalement, c'est sa maman qui l'a étranglée avant de la couper en morceaux pour la mettre dans le congélateur. Manque de pot pour la dame, la machine à laver dans laquelle elle avait mis les vêtements ensanglantés de la petite est tombée en panne. Sans quoi les policiers seraient toujours en train de chercher.

Sur les sites des quotidiens belges, c'est évidemment le déferlement. Incompréhension, bien sûr, mais, comme à chaque fois, demandes de rétablissement de la peine de mort. Comment une Mère" peut-elle faire ça ? Comme si toutes les mères étaient automatiquement saintes...

Sur la Croisette, Joachim Lafosse soulève une polémique. Il a osé faire un film se basant sur une autre sainte mère belge qui, elle, a carrément trucidé ses cinq enfants.

De sang-froid et sans état d'âme semble-t-il. Comme la dame de l'impasse.

On reproche au metteur en scène de se "faire du fric" sur le dos des enfants disparus. Avancer cet argument c'est, l'air de rien, imposer implicitement une censure. Je suis  un homme et rien de ce qui est humain ne m'est étranger, disait, en son temps, Térence...