Changement de décor, ce samedi puisque les rescapés arrivent dans le Nevada. Etat principalement connu pour sa Vallée de la mort et son autre site de perdition: Las Vegas. Le vainqueur ne remportera que 5 points, de sorte que Mittie est assuré de conserver le maillot de leader. Qu'importe le résultat. Le Nevada est à forte majorité blanche. Les premiers habitants du coin ne sont plus que 1 %. Il est vrai qu'il s'étaient permis de s'opposer aux étranges créatures venues leur faire connaître les effets de l'eau-de-feu. Ils ont vite appris que les bâtons de feu étaient nécessaire pour imposer la démocratie à ces illettrés. La méthode a du bon, puisque c'est le même système que l'on applique encore parfois dans diverses régions.

Le Nevada est majoritairement composé de catholliques (aux mille tendances). Mais aussi d'une douzaine de% de Mormons qui pourraient bien venir donner un petit coup de main à Mittie. Celui-ci part de nouveau favori. Même s'il a a avoué cette semaine avoir gagné l'an dernier 200 millions de dollars grâce à des investissements. Ce qui, dans l'empire de l'argent roi n'est guère choquant. Dans le même temps, il a admis n'avoir payé que 13% d'impôts par diable sait quels tours de magie. Ce qui a fait grincer des dents la classe moyenne.

Le caucus de ce samedi a l'avantage de se jouer la veille du fameux Superbowl de football américain. D'accord, si j'écrivais cela aux USA, on me reprocherait le pléonasme. C'est sport aux règles moins compliquées que le base-ball, mais qui doivent pourtant être simples, puisque des dizaines de millions d'Etasuniens suivent régulièrement les parties. En janvier 1986, j'étais à New-York avec un ami peintre qui y tenait une exposition Il y avait une cinquantaine de centimètres de neige et le vent glacial vous coupait en quatre à chaque carrefour. Et dieu sait s'il y en a à New-York. Bah, cela n'avait aucune importance. C'était la nuit et les néons nous réchauffaient. On dit que c'est la ville qui ne dort jamais, mais là, elle semblait déserte. Les bars aussi, les restaurants de même. Aucune file à faire. Juste le regard des employés qui donnaient l'impression de voir débarquer deux diplodocus égarés. C'est ainsi que l'un d'eux nous prévint que, ce soir, c'était LA finale. Une finale d'autant plus finale que les New-York Giants y participaient. Rien n'est plus triste qu'un bar désert, sauf un autre bar désert. Nous étions rentrés. Ce soir-là, les Giants remportèrent LA finale. Il y eut une petite polémique. Koch, le maire d'alors, refusa que les joueurs défilent dans le centre comme cela semble être la tradition. Au motif que le stade des Giants se trouve dans le proche New-Jersey et qu'il ne les considérait donc pas comme des New-Yorkais. Comme quoi, l'esprit de clocher existe partout.