En Angleterre, depuis quelques mois, ce n'est plus dans d'austères universités que les spécialistes de l'Economie viennent exposer leurs théories. Ils préfèrent parler de cela dans les églises. Et pas n'importe lesquelles. Saint-Martin on the Fields et la cathédrale Saint-Paul, ce n'est pas rien quand même. C'est donc là qu'ils viennent propager leur bonne parole. C'est assez amusant.

"Les bénéfices ne sont pas diaboliques", "Nous devons tolérer les inégalités comme le moyen d'accroître la prospérité et les chances de chacun"... "L'injonction de Jésus d'aimer notre prochain comme soi-même est une approbation de la recherche de l'intérêt personnel"...

Certains lecteurs du Christ avaient déjà dévoyé ses propos pour créer le très criminel catholicisme. Mais, finalement, à y regarder de plus près, la multiplication des pains, n'était-ce pas déjà l'ébauche des stocks-options ? La guérison du paralytique, l'esquisse des assurances santé privées ? Et Madoff ? N'a-t-il pas appliqué à la lettre la bonne parole "Croissez et multipliez"?

Sans parler des pêches miraculeuses...

dollar2