Contrairement à ce que certains amis acteurs prétendent, il n'y a rien de plus facile que de devenir acteur de théâtre. Nul besoin de traîner une vie durant dans l'intermittence dans l'espoir de décrocher un troisième rôle de hallebardier en fin de carrière.

Prenons le cas de la petite Justine. Pendant vingt ans, elle n'a fait que courir bêtement après une petite baballe jaune. C'est tellement bête comme jeu qu'à peine son quart de siècle esquissé, elle a décidé de prendre sa retraite. C'est tellement bête comme jeu que ça rend bête, tout simplement. La petite Justine ne savait compter que jusque quarante. Après, elle croyait que c'était "deuce". Elle le croyait tellement que c'est comme cela qu'elle a baptisé son chienchien acheté dans le but de combler son énorme solitude.

Eh bien, la petite Justine vient de décrocher un premier rôle dans une pièce de théâtre. Sans avoir jamais rien fait d'autre que jouer à la baballe. Pas besoin de conservatoires donc, ni de stages chez des grands. Voilà donc les intermittents remis à leur prétentieuse place.

La pièce s'intitule "Arrête de pleurer, Pénélope". On ne sait pas quel Shakespeare wallon a écrit ce pseudo-décasyllabe en croyant faire un alexandrin. Le rôle n'est pas celui que l'on donnerait à une ramasseuse de balles. Que nenni ! Il s'agit de celui de Chloé, écrivaine sarcastique ! J'ai dû relire trois fois et me pincer plus encore.

Enfin, les premières répétitions semblent bien se passer. Justine commence même à tenir son livre à l'endroit.