L'embêtant, quand on a eu le malheur de vivre ne serait-ce qu'une année à Liège, c'est que cette épreuve semble vous marquer à vie. Vous pourriez même vous retrouver seul au milieu du Sahara ou au sommet de l'Everest, que la moindre ombre vous ferait croire au soudain mirage du perron sortant de terre.

Christian Vancau me contacte personnellement par missive électronique. S'il se permet de le faire, me dit-il, c'est parce qu'il est un ami de Jean-Pierre Léon C. et de Thérèse G.

Voilà qui m'étonne un peu. À part Beethoven, je ne connais pas de sourd. Et ça fait longtemps que je n'adresse plus la parole aux femmes et encore moins aux employées retraitées de chez Belgacom. Donc, je ne vois pas bien de qui Christian me parle.

Mais je vous donne malgré tout le lien de Christian.

http://www.christianvancautotems.org/

Comme on dirait à Lîdje :

Dju qt' es bièsse Thérèse...