Même s'il a décidé d'en limoger quelques milliers à la prochaine rentrée scolaire, le tsaron s'intéresse malgré tout aux maîtres. Il s'est donc (ses scribes serviles, plutôt), fendu d'une missive à leur intention. Président de tous les Français, il est normal qu'il soit aussi Maître de tous les maîtres.

La lecture du précieux parchemin vaut son pesant d'or (adressé personnellement à 850 000 enseignants, on estime le coût de la présidentielle leçon à 500 000 euros!!!).

J'ai beaucoup aimé ce passage :

“Longtemps l’éducation a négligé la personnalité de l’enfant. Il fallait que chacun entrât dans un moule unique, que tous apprennent la même chose, en même temps, de la même manière.”

Où le petit nicolas nous rappelle que, de son temps, quand on devait se lever lorsque le maître entrait, l'on apprenait encore l'imparfait du subjonctif. Fort bien. En ce cas, monsieur le roitelet, c'est "apprissent" qu'il fallait utiliser et non "apprennent". Mais peut-être étiez-vous malade le jour où votre maître a révélé la conjugaison du verbe apprendre.

Déjà que vous parlez pour ne rien dire...

ane