Condamné par la "justice" italienne à une année de purgatoire en deuxième division du calcio, la Juventus de Turin, aidée par la magnanimité de la "justice" italienne, retrouve donc l'élite.

Pour fêter la remise de peine après le match, les joueurs ont arboré le maillot que l'équipe aurait normalement dû porter depuis la création du club, à savoir noir rayé rose. Leur entraîneur, le Français Didier Deschamps n'était pas des plus heureux, parce que, pour lui, "le rose, c'est une couleur de tapettes".

Bon, on ne peut pas dire que ce soit de la plus haute finesse, mais on ne demande pas aux foutballeurs d'être des pics de la mirandole. Il a malgré tout présenté ses excuses aux différents mouvements gays et outrés par de tels propos. Mais, à force de poncer la langue de bois, on ne pourra finalement plus rien dire du tout sans crainte d'être poursuivi par n'importe quelle association.

Ou alors, on sera obligé de recourir à de telles métaphores sinueuses que l'âge des ridicules précieuses battra son plein.

Voici donc une photo, retouchée, de l'équipe de génétiquement non hétérosexuels joueurs fêtant un but.

25

Et, comme je viens de l'apprendre, la brasserie Hoegaarden a lancé sur le marché une bière rose, elle pourrait en envoyer un casier à Deschamps.